Live Facebook Jeudi 1er Octobre !

Bonjour,

Je serai en live ce jeudi 1er Octobre sur Facebook à 10h pour te donner :

Les 3 secrets pour bien démarrer en cosmétique maison.

Il y aura bien entendu un replay (je prends ma demi-journée pour faire ce live, je suis bien consciente que tout le monde ne peut pas faire pareil ^^ )

Ce live/replay est pour toi si :

  • tu as décidé à te mettre à la cosmétique maison
  • tu ne veux pas acheter plein d’ingrédients différents pour démarrer
  • tu trouves les recettes que tu lis trop compliquées

A la fin du live, tu sauras par où commencer de façon simple et économique et je te parlerai également de ma nouvelle offre d’accompagnement en cosmétique maison.

Voici le lien pour t’inscrire

A très bientôt en live ou en replay !

Belle semaine au naturel !

3 raisons de se lancer dans cosmétique maison

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, c’est un article un peu particulier. Spoiler alerte ! Il y a une annonce de fou à la fin de cet article 🙂

Avant cela, je voulais vous expliquer les 3 principaux avantages de la cosmétique maison :

  • prendre soin de sa santé (en finir avec la cosmétique traditionnelle et ses additifs nocifs)
  • réduire son impact environnemental
  • faire des économies

Mais voila, ce qu’on ne nous dit pas c’est la façon dont il faut s’y prendre parce que ce n’est pas si simple d’obtenir ce résultat.

Pour prendre soin de sa santé, il faut connaitre un minimum de choses. Qui dit naturel ne dit pas forcément sans risque : les pires produits sont dans la nature (divers poisons et champignons vénéneux par exemple). Sans aller jusque là, les huiles essentielles sont des concentrés de plante qu’il ne faut pas utiliser n’importe comment. Personnellement je n’en utilise pas et cela règle la question.

Pour vous aider, j’ai recensé tout ce qu’il faut savoir dans la page Avertissement et l’ai synthétisé dans ce visuel (plus lisible sur la page Avertissement). Vous pouvez l’épingler directement sur Pinterest depuis la page Avertissement pour l’avoir toujours avec vous. Cela peut être utile !

Pour réduire son impact environnemental et faire des économies, il y a un minimum de choses à savoir également : ce n’est pas en remplaçant la cosmétique classique par 1000 ingrédients qu’on y arrive. Certaines recettes demandent beaucoup d’ingrédients qui sont généralement utilisés pour une seule recette. On peut donc se retrouver à acheter beaucoup d’ingrédients, ce qui revient cher et multiplie les emballages. On est loin de l’objectif premier de faire des économies et de limiter son impact environnemental.

C’est pourquoi, pour créer mes recettes, j’utilise le minimum d’ingrédient. Je choisis toujours ceux qui peuvent être utilisés dans un maximum de recettes différentes ou pour un maximum d’utilisations possibles. J’ai passé beaucoup de temps au démarrage pour arriver à cet objectif et j’ai créé ce blog pour partager.

Maintenant, je veux aller plus loin pour pouvoir aider celles qui le souhaitent à passer à l’action.

Le 1er octobre, je lance mon premier programme d’accompagnement personnalisé pour vous aider à découvrir la Cosmétique Maison Minimaliste !

Je ne vous en dis pas plus pour le moment et je vous retrouve pour le lancement 🙂

Pensez à suivre ce blog pour ne rien louper (c’est en haut à droite de cette page).

D’ici là, pouvez-vous me dire ce que vous aimeriez retrouver dans un programme d’accompagnement ?

Et si vous connaissez quelqu’un intéressé, envoyez lui l’article pour ne pas rater l’offre promotionnelle de lancement.

Belle semaine au naturel !

6 règles d’or pour aborder sereinement l’automne sur son vélo

Bonjour à tous,

En cette année 2020 chamboulée, vous avez peut-être commencé le vélotaf après le confinement et vous appréhendez maintenant l’arrivée des mauvais jours.

J’ai commencé le vélotaf en plein hiver (Janvier 2020) et j’avais connu des débuts disons … intéressants (cf mon article de l’époque).

Je vous livre donc avec du recul : Les 6 clés pour aborder l’automne avec sérénité sur votre vélo

1 – Faire de la pluie son alliée

Bien équipé, on supporte très bien la pluie. J’ai un surpantalon imperméable et une veste déperlante. C’est parfait.

Peut-être serez-vous tenté de prendre votre voiture les jours de pluie ? Grave erreur ! Il y a statistiquement plus d’accidents en voiture les jours de pluie. C’est donc justement ces jours-là qu’il est intéressant de prendre son vélo pour ne pas finir englué dans un embouteillage (dans une ville comme Anvers, c’est une certitude).

2 – Apprivoiser le froid

Personnellement, je n’ai pas très froid en roulant mais, en hiver, je porte : des gants de vélo (que je replace par des gants de ski quand il fait moins de 5°C), un tour de cou et un bonnet à glisser sous mon casque. Les jours où il fait très froid, le surpantalon de pluie peut être utilisé pour se tenir chaud, notamment aux orteils grâce à ses couvre-chaussures.

La gestion du froid ne s’arrête pas sur la route. Même installée à mon bureau, j’ai plus froid que quand je faisais de l’autotaf. J’y laisse donc un gros pull en laine pour me réchauffer ainsi qu’une veste d’hiver pour mes déplacements dans la journée. Tout ceci me permettant de voyager léger.

3 – Gagner en visibilité

Votre sécurité est primordiale. C’est aussi le cas en été donc je pars du principe que vous connaissez les règles de base. Avec les jours qui raccourcissent, il est essentiel de voir et d’être vu. Vous pouvez choisir des couleurs fluo pour l’équipement d’hiver dont j’ai parlé ci-dessus. Mais si la dernière couche de vos vêtements n’est pas à haute visibilité, enfilez un gilet jaune. Ajoutez à cela de la lumière à l’avant pour voir où vous allez, de la lumière à l’arrière pour être vu et vous aurez le nécessaire.

4 – Savoir renoncer

Vents violents, neige ou verglas doivent nous faire renoncer pour des raisons de sécurité évidente.

5 – Dégainer son plan B

J’ai toujours un plan B ! Pas que pour le vélo d’ailleurs… Transport en commun, bus d’entreprise, covoiturage avec un collège, télétravail, les possibilités sont multiples. Le plus important est de l’avoir anticipé pour ne pas être pris au dépourvu le jour J.

6 – Apprécier les bienfaits

Le vélo en hiver me permet de respirer l’air frais en sortant du bureau surchauffé dans lequel j’ai passé ma journée. C’est vraiment une sensation libératrice.

J’apprécie aussi le fait de faire du sport. Pas d’état d’âme ou d’hésitation parce qu’il ne fait pas beau ou qu’il fait froid. De toutes façons faut y aller, pas de question à se poser (sauf vraie raison du point 4 bien sûr).

C’est aussi un bon moyen de se défouler après (au choix) : un sujet moisi au boulot, une grosse colère avant de partir pour l’école ou même, les deux, les bons jours.

En conclusion, le vélo en hiver est surtout une question d’équipement et de volonté. La bonne nouvelle est donc que C’EST POSSIBLE !

J’espère que cet article vous a été utile pour vous donner l’envie de continuer à rouler. Si vous êtes déjà un vélotafeur expérimenté, n’hésitez pas à ajouter vos règles d’or.

Je vous souhaite à tous une belle saison à l’air libre !

Simone a soif !

Non, non, je n’ai pas changé de prénom et je ne parle pas (encore !) de moi à la troisième personne. Simone à soif ! C’est le nom d’une marque belge de boissons non alcoolisée que je trouve géniale.

Ce sont des boissons rafraichissantes aux fruits sans sucre ajouté, sans conservateur ni colorant. La preuve dans la liste des ingrédients de l’étiquette. Le goût est bon et original. Il y a plein de variété diverses. C’est une excellente alternative aux sodas bourrés de sucre ou de substituts pas forcément meilleurs pour la santé.

En plus, le contenant est en verre et par conséquent recyclable.

Je recommande donc ces boissons. C’est un excellent choix quand on se préoccupe de sa santé. Je me souviens quand j’étais enceinte et que j’étais invitée à un apéro, je prenais un Perrier tranche. Au bout de deux verres, j’en avais plus qu’assez ! Je me suis parfois même rabattue sur un soda …

Lire aussi : 6 recettes de boissons rafraichissantes home made

J’avoue que j’ai pas mal testé les bières belges depuis mon arrivée ici (comme toujours, je privilégie le local :)) mais je suis contente d’avoir trouvé cette excellente alternative !

Belle semaine au naturel !

Qui se cache derrière Ma Vie Plus Naturelle ?

Bonjour à tous,

C’est la rentrée et j’ai envie de vous en dire un peu plus sur qui je suis et mes raisons de faire ce blog. Je vous dévoile ici ce qui m’anime.

Bien évidemment, moi aussi je veux savoir qui se cache derrière cet écran 🙂 Et vous ? Pourquoi vous êtes vous abonné(e) à ce blog ? Quel est votre objectif ? Quelles sont les difficultés que vous rencontrez pour y arriver ?

Je vous réponds individuellement, comme toujours 😉

Belle semaine au naturel !

Comment arroser son potager de balcon en son absence ?

Bonjour à tous,

Avec l’été qui arrive, vous allez peut être vous absenter quelque temps et la question de l’arrosage de votre potager de balcon va probablement se poser.

Mon balcon, l’année précédente, n’était pas au dernier étage donc ne recevait jamais de pluie naturellement. J’ai voulu mettre en place un système d’arrosage régulé pour pouvoir partir quelques jours sans demander à ma belle sœur et mon beau frère de venir arroser.

J’ai choisi le système Diffus’o.

On met en place des goutteurs qui se plantent dans la terre et on les relie entre eux par des petits tuyaux flexibles qui sont fournis. C’est en fait un long flexible qu’on coupe à la bonne longueur en fonction de son installation.

Ensuite, il faut connecter cela à un réservoir, en hauteur pour que l’eau s’écoule. J’ai mis en place un bidon vide de 5L que j’ai percé et relié au premier flexible. J’ai ensuite mis le bidon en hauteur avec encore un bricolage de compétition.

Pour un autre bac, j’ai testé une autre solution proposée par Diffus’o : juste un goutteur et une connexion pour une bouteille d’eau retournée. Beaucoup plus simple comme construction. Il faut juste se fournir en bouteille. Quand on n’en achète pas soi-même ce n’est pas si simple 😉

Le bilan :

La solution avec la bouteille est simple et pratique (mais par conséquent ne fournit pas un gros volume d’eau).

Le réglage des gouttes à gouttes est difficile et très empirique. Si ça coule trop vite, le réservoir se vide très rapidement et si c’est trop lent cela n’a pas grande utilité. J’ai passé pas mal de temps à compter les intervalles entre les gouttes pour régler ces fichus goutteurs. Je peux vous dire que j’ai adoré … Le genre de solution compliquée ou je pers du temps, c’est tout moi !

En plus, les diffuseurs peuvent se boucher avec le calcaire de l’eau donc ne plus être efficaces au bout de quelques temps.Si cela arrive justement pendant qu’on n’est pas là, les plantes n’ont pas d’eau.

Personnellement, je recommanderais uniquement le système à bouteille, plus facile à mettre en place en prévoyant juste une petite vérification ou nettoyage du goutteur avant de partir en week-end.

Et finalement, ma solution préférée est l’arrosage par un proche avec en contrepartie des tomates cerises au basilic délicieuses préparées pour l’apéro 😉

Je n’ai rien inventé dans cet article, les solutions les plus simples sont souvent les meilleures. C’est sur cette réflexion très profonde que je vais vous laisser pour ces deux mois d’été. Je vous retrouve à la rentrée avec plein de nouvelles idées !

Bel été au naturel !

Fruits abîmés ? Réalisez de délicieuses tartes anti-gaspi !

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment utiliser les fruits abîmés. C’est très simple. Je prépare une tarte aux fruits et j’utilise les fruits les plus abîmés pour réaliser le fond de tarte.

C’est cette recette de tarte aux pommes que j’ai faite en premier et qui m’a inspirée. J’ai utilisé mes pommes abîmées pour faire la compote qui est mise sur le fond de tarte et les plus jolies m’ont servi à la garniture.

Pour la pâte, j’utilise ma recette de pâte brisée.

Je me suis dit que le principe pouvait se décliner à l’infini et notamment pour les fruits qu’on ramasse chez soi, si on a la chance d’avoir des arbres fruitiers. J’ai donc fait le test l’été dernier avec les mirabelles cueillies chez mes beaux-parents. Ça date un peu mais je voulais vous donner la recette au début de la saison des fruits pour que vous puissiez la mettre en pratique.

J’ai trié les mirabelles récoltées et j’ai mixé les fruits abîmés (sans cuisson). Puis je les ai passés au chinois pour enlever les peaux. J’ai également ajouté un peu de sucre.

J’ai étalé le tout sur le fond de tarte :

J’ai ensuite disposé les mirabelles. J’ai enfin fait cuire au four et voilà le résultat :

Cette recette s’adapte donc à tous les fruits et toutes les saisons !

Et vous ? Quelles sont vos astuces anti-gaspi en pâtisserie ? Donnez-moi vos recettes et astuces 🙂

Belle semaine sans gaspillage !

Comment limiter sa consommation d’eau ?

Bonjour à tous,

Avec les derniers mois de beau temps que nous avons eus, limiter ma consommation d’eau est une de mes priorités. Je partage avec vous les actions simples qu’on peut mettre en place chez soi.  :

– Mettre une bouteille d’eau pleine dans la réserve de la chasse d’eau. Vous économiserez ainsi cette quantité d’eau à chaque chasse sans en altérer l’efficacité. J’ai mis chez moi des bouteilles de 1L

– Récupérer l’eau qui coule du robinet avant qu’elle soit à température pour la douche et la réutiliser pour arroser les plantes, faire une chasse d’eau, rincer la douche après utilisation (pratique car on n’a pas à transporter le bidon), laver des vêtements à la main, bref pour tout ce qui n’est pas alimentaire !

– Récupérer l’eau de pluie. J’ai mis une grande bassine sur mon balcon. Vous pourrez admirer le montage sophistiqué. Mais cela ne fonctionne pas beaucoup. J’ai eu quelques centimètres d’eau seulement. Je pense qu’un arrivée de gouttière serait plus efficace mais je n’en ai pas chez moi.

– Si vous avez des plantes :

  • Arrosez-là avec les fonds de verre en fin de repas (ça ne fonctionne que pour l’eau évidemment…)
  • Pour nettoyer vos fruits, faites le dans une bassine d’eau plutôt que dans l’évier. Vous pourrez ainsi récupérer l’eau de rinçage pour vos plantes.
  • Mettez une petite plante aromatique dans la cuisine pour simplifier les aller-retours

Et vous ? Quels sont vos gestes pour limiter le gaspillage de l’eau ? Comment récupérez vous l’eau de pluie ?

A vendredi prochain !

#sansviande : Les galettes de restes

Bonjour à tous,

Suite aux commentaires laissés par deux de mes lectrices dans un précédent article, j’ai testé les galettes de restes : une excellente surprise, très simple à préparer. Cela permet de créer un repas complet avec ses restes sans avoir besoin d’ajouter de viande, dont je cherche à limiter la consommation.

J’ai pris ce qui me restait dans mon frigo à savoir : un reste de lentilles et un reste de fromage. A cela j’ai ajouté un œuf (il y en a 2 sur la photo mais finalement je n’en ai mis qu’un seul – cela dépend de la quantité de reste), un oignon, de la farine et du curry.

Astuce : cela peut être réalisé avec tout ce qui vous reste dans votre frigo : des pâtes, du riz, des petits pois, du maïs, haricots verts, etc. L’essentiel est de hacher ce qui est gros pour que la galette se tienne bien à la fin

J’ai haché l’oignon et l’ai mélangé cru avec les lentilles, l’œuf, le fromage râpé et 4 cuillères à soupe de farine. J’ai assaisonné avec du curry et un peu de sel.

J’ai mis le tout dans la poêle par petits paquets et j’ai fait chauffer, en alternant feu doux et feu vif pour faire griller un peu.

Et c’est tout ! Bon, ce n ‘est pas hyper présentable, il faut l’avouer, mais c’est très bon, ça change et c’est très rapide à faire. Laissez votre frigo vous aider !

Lire aussi : Céleri pané – un bon moyen de faire manger les légumes à ses enfants

Merci à AL et à Elsa pour la suggestion ! 🙂

Belle semaine au naturel !

La carte éthi’Kdo

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous présente la carte cadeau éthi’Kdo, offerte par mes beaux-parents à Noël. C’est une carte cadeau utilisable soit en boutiques physiques, soit sur Internet. Habitant maintenant en Belgique, je n’ai pu tester que la solution Internet.

Le choix est vaste, comme vous pouvez le voir ci- dessous :

Pour ma part, j’ai choisi un bijou. J’aime les boucles d’oreilles et je ne m’en achète plus. Pour un cadeau, je trouve cela sympa de se faire plaisir. Pour cette catégorie, le site Ethi’Kdo m’a renvoyé sur leur site partenaire Dream Act . Il m’a suffit de donner le numéro de carte Ethi’Kdo au moment du paiement. On peut payer les frais de livraison avec la carte cadeau donc c’est vraiment bien : on n’est pas obligé d’ajouter quoi que ce soit. Mais si on le souhaite, on peut le faire avec son numéro de carte bleue.

En fin de transaction, Ethi’Kdo informe qu’ils reversent une partie de la vente à une association. On peut choisir laquelle parmi leur liste, une bonne surprise supplémentaire !

L’emballage de la carte cadeau est à planter. J’ai mis mon emballage en terre et deux petites fleurs blanches ont poussé. Encore quelque chose de bien pensé !

En conclusion, une carte cadeau presque zéro déchet (mais ils y travaillent) qui permet de faire des achats responsables et locaux si on veut. Je recommande, c’est un sans faute !

Belle semaine au naturel !